Famille de Trévière

Domaine de la Maison de Trévière
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Carnet de Bord d'une pirate.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Enored
Sénéchal du Sagittaire
Sénéchal du Sagittaire
avatar

Messages : 2155
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 38
Localisation : Bientôt à nouveau en mer
Humeur : Protect me from what I want ...

MessageSujet: Carnet de Bord d'une pirate.   Sam 25 Juil 2009 - 20:18

[Laval, ennui profond ... ]

Une pause pour tout le monde, la fuite depuis Dunkerque a épuisé les hommes et les animaux. Ils ont tous besoin de s'arrêter et la rouquine ne se voit pas continuer à fuir. Le temps de l'affrontement est arrivé. Pourtant elle doute, pourra-t-elle tuer Jean-jean s'il le faut ?

La rouquine profite de la pause pour donner ses premiers cours d'escrime et d'utilisation des dagues à la petite Rastignac. L'enfant n'a que 9 ans oui mais elle a le caractère bien trempé de son père et veut apprendre à se battre pour venger sa mère. Après la première leçon, elle découvre, dans sa chambre, ligoté au pied du lit, un voleur laissé là par Henri.

Elle questionne le voleur qui dit se nommer La Crapule. Très vite, la rouquine comprend qu'il peut lui être utile. Elle lui propose soit de voir si Jean-jean et son acolyte sont sur leurs traces, soit de passer au fil de son épée. La Crapule choisis rapidement et les renseignements qu'il rapporte confortent son intuition. Jean-jean et Rifkin ne sont pas loin, l'affrontement est proche. Mais pourra-t-elle tuer Jean-jean ?

L'affrontement. Jean-jean a retrouvé Henri, le doc', sortit pour récupérer les plantes dont il a besoin pour soigner les blessures de Cassandre. Rifkin blessé s'enfuit. Enored sait qu'elle ne pourra tuer Jean-jean de sang froid, même si son épée le menace, même s'il a frappé Henri. Alors elle lui propose de les rejoindre ou de mourir provoquant l'incompréhension chez ses compagnons de route et surtout chez son compagnon ... L'homme qu'elle aime se sent trahi par ce geste, surtout lorsque Jean-jean accepte sa proposition.

Elle sait alors que plus rien ne compte et décide de partir à la chasse à l'homme. Retrouver Rifkin et tuer l'homme qui a transformé son amie Cassandre en fantôme. Une explication avec Henri et la voilà dans la chambre de l'auberge à décider de rester, une fois de plus pour protéger tout le monde. Mais avec une promesse qu'elle s'est faite : retrouver Rifkin et venger Cassandre.

Ils décident alors de se poser un instant et cette pose devient insupportable pour la rouquine. Elle reprend des forces certes mais tourne en rond. Attendant des nouvelles de La Crapule qu'elle a envoyé quelques jours auparavant sur les traces de Guillaume. Si la Crapule est un piètre voleur, il semble être un bon pisteur. Mais pas de nouvelles, soit la Crapule a renoncé à sa mission, soit il est mort sur les routes, soit comme elle le pense Guillaume n'est plus jusqu'à ce qu'un matin ....


[A Laval, retour de cueillette]

Depuis qu'on a décidé de se poser, je tente de vivre honnêtement, à vrai dire, c'est ce que je fais à peu près depuis le jour où j'ai décidé d'épargner Guillaume et Cassandre. Ce jour là, j'ai décidé de 'trahir' mon équipage en épargnant la vie d'un ami. Une mutinerie plus loin, me voilà sur les routes avec une ancienne nonne pour retrouver sa fille. Une vie 'honnête' avec elle sur les route, et Henri, le doc', seul membre de l'équipage qui a décidé de rester avec moi.

Mais quelle idée j'ai eue ... pourquoi ne pas avoir fait comme d'habitude ce jour là, je serais toujours sur mon bateau et pas à me morfondre là ... Un pigeon s'effondre lamentablement à mes pieds. Qui peut-bien vouloir m'écrire ?

Dahut ? non ses oiseaux sont bien moins minables. Volatile minable ... la Crapule ? Je me penche et récupère le bout de parchemin en me demandant comment il a fait pour tenir juste que là avec la ficelle usée qui le retient, ce ne peut être que la Crapule.

Citation :
Dame Enored,
Je grimace ... j'ai horreur qu'on m'appelle ainsi la Crapule le sait pourtant.

Citation :
J'espère qu'm'on pigeon vous trouvera toujour au meme endroit. J'ai des nouvelle. Guillaume est parti à Lyon rejoindre une connaissance de sa femme duchesse. Il pense que sa femme et sa fille y sont. Je vais essayer de le rattraper et lui expliquer où vous êtes.

La Crapule.


Guillaume vivant ... l'idée met un certain temps à franchir la barrière de ma conscience. Guillaume vivant et se dirigeant vers Lyon. Lyon ... c'est là que se trouve la marraine de la petite Rastignac. Un sourire se dessine sur mes lèvres. Cette nouvelle sert mes plans. Il faut maintenant voir si les autres acceptent de m'accompagner jusque là bas. Mais je pourrais y laisser Cassandre et sa fille et descendre sur Aix ensuite.

Je rejoins le reste de la troupe ils sont attablés. Ils ont l'air ravis d'aller retrouver Adrienne, la marraine de la petite Edonice. Tant mieux. Le reste ils n'ont pas besoin de savoir. Henri lui, m'accompagnera jusqu'à Aix. Petite ombre au paysage, Renoan l'ancien diacre a besoin de faire retraite un temps. Haussement d'épaule, qu'importe, je patienterai et peut être que d'ici là, la Crapule aura retrouvé Guillaume.

Je décide de partir à la recherche de Jean-jean, le colosse sera heureux de savoir son "chef" en vie. Peut-être partira-t-il à la recherche de Guillaume sans nous, d'un côté cela m'arrangerais, de l'autre je préfère l'avoir à l'oeil. Pour le moment il loge au bordel du coin, je préfère le savoir près de nous mais pas trop. *soupire* Il est content de savoir mais préfère faire la route avec nous pour être sur que "Sa Blondeur" Cassandre ramène bien Edonice à son père. Il va falloir rester vigilante.

Les jours s'égrainent et j'ai hâte de reprendre la route...

_________________


Dernière édition par Enored le Dim 7 Mar 2010 - 0:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enored
Sénéchal du Sagittaire
Sénéchal du Sagittaire
avatar

Messages : 2155
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 38
Localisation : Bientôt à nouveau en mer
Humeur : Protect me from what I want ...

MessageSujet: Re: Carnet de Bord d'une pirate.   Mer 29 Juil 2009 - 10:03

Les jours se succèdent, l'attente devient longue, très longue, et semble une éternité. Profitant de ce moment de calme pour me reposer malgré moi, soigner tranquillement quelques blessures anciennes, et plus récentes. Le temps s'écoule lentement. Il est temps de donner des nouvelles, de rassurer. En fin d'après midi, en pleine campagne au pied d'un chêne, je prend une plume un parchemin et délivre un message rassurant.
Citation :

Mon beau tavernier,

Voici enfin tout danger écarté de ma petite troupe suite à la fuite d'un des poursuivants, et à un accord passé avec l'autre. De chasseur il devient protecteur. C'est un ancien compagnon d'arme que je me devais de ramener à la raison. Je me sentais incapable de m'en prendre à lui. Comme quoi, je ne suis pas si implacable que certains le disent. Cette masse de muscles nous sera bien utile sur les chemins, il écarte bien vite les brigands.

Il vous toujours une haine sans faille à Cassandre, la mère de la fillette dont je t'ai déjà parlé. Aussi, mieux vaut garder l'oeil sur lui. Mais je le préfère avec nous que contre nous.

J'ai enfin eu des nouvelles du père de la petite, Guillaume de Rastignac , grâce à un petit voleur sans envergure, changé par mes soins en espion fuineur bien utile. Il fait route vers Lyon afin de retrouver la marraine de la petite Edonice, Dame Adrienne de je sais plus quoi. Une ancienne flamande, ancienne normande et maintenant installée là bas. Je l'ai croisée au baptême de la petite bien étrange personnage. Cette nouvelle est pourtant bonne, vu que je comptais laisser ma petite troupe à son sort une fois le danger écarté pour qu'ils se débrouillent pour retrouver Guillaume. Mais le voilà sur la route qui devait me mener à Aix. Il a quitté la Guyenne il y a un moment déjà après y avoir attendu sa femme et sa fille. Je me demande dans quel état nous allons le retrouver, mais ceci ne me concernera plus. A moins qu'une partie de la troupe se décide à m'accompagner jusqu'à Aix...

Je ne sais plus si je te l'ais dit dans mon précédent courrier, mais mon compagnon, Henri, a décidé de m'accompagner. Je savais qu'il le ferait, mais ne pouvais ne pas lui demander.

Voilà pour les nouvelles. Nous nous mettrons en route pour Lyon d'ici deux semaines, j'aurais aimé partir plus vite, d'ailleurs je ne sais pourquoi je les attends, peut être parce que, j'ai aussi besoin de repos et de calme, malgré tout ce que je peux dire. Il est vrai qu'un peu de calme fait du bien à tout le monde.

Et toi ? comment vas tu ? Toujours aussi occupé par tes histoires de politique et de famille ? Donne moi de tes nouvelles et prends soin de toi.

Ton amie, Enored

Message écris et relus, j'accroche la missive à la pâte de mon corbeau. Pour certains j'ai tout d'une sorcière. Regard noir d'un paysan superstitieux, éclat de rire de ma part. Il se signe et murmure le mot infamant "sorcière". Tout en riant, je regarde l'oiseau s'envoler vers le sud, en espérant qu'il trouve le destinataire de la lettre et que celui ci se porte bien ... Une journée de plus se termine et je me dirige vers l'auberge où nous avons élus domicile. Des murs ... je grimace et me dirige vers l'arrières cours où Cajoline attend avec impatience mon arrivée. Ensemble nous avons décidé de nous entrainer, la route sera plus sure avec Jean-jean à nos côtés ... ou pas ... allez savoir. Mais elle a besoin, envie d'apprendre à se défendre, je vais lui apprendre à attaquer en premier.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enored
Sénéchal du Sagittaire
Sénéchal du Sagittaire
avatar

Messages : 2155
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 38
Localisation : Bientôt à nouveau en mer
Humeur : Protect me from what I want ...

MessageSujet: Re: Carnet de Bord d'une pirate.   Lun 3 Aoû 2009 - 9:19

Depuis que je sais que Guillaume est vivant quelque part je ne tiens plus en place. J'ai envoyé Jean-jean le pister, mais à la façon dont il a accepté ma proposition de rejoindre le groupe au lieu de continuer à se battre, je sais, je sens que je ne peux plus lui faire une entière confiance. Il m'a promis de laisser sur la route des indices que moi seule pourrait reconnaitre. Cela m'inquiète. Cajoline a peut être raison, s'il partait simplement retrouver son compagnon pour revenir s'en prendre à Cassandre et enlever Edoncie ... je ne me le pardonnerais pas alors je pars. Je laisse derrière moi une petite troupe suffisamment aguerrie à présent pour se défendre. Et je prend la route, avec mon compagnon. Enfin un peu de solitude avec lui.

Depuis le naufrage nous ne l'avons jamais vraiment été. Il faut bien que je me l'avoue, même si j'apprécie tout ce petit monde, ça devenait vraiment difficile de rester à attendre que chacun daigne terminer son séjour chez les curés. Premier objectif : Lyon, j'ai promis de les y attendre. Attendre ... encore une fois ... on verra quand on y sera, pour le moment on peut enfin voyager, libres de toute contrainte, de tout chariot qui fait perdre du temps et on piste ... Première étape, Mayenne, histoire de laisser un peu d'avance à Jean-jean, après terminé les villes !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enored
Sénéchal du Sagittaire
Sénéchal du Sagittaire
avatar

Messages : 2155
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 38
Localisation : Bientôt à nouveau en mer
Humeur : Protect me from what I want ...

MessageSujet: Re: Carnet de Bord d'une pirate.   Jeu 6 Aoû 2009 - 11:24

Nous voilà enfin en pleine campagne, loin de la ville qui m'oppresse. Voyage la nuit, repos le jour, en suivant un rythme soutenu. Une pause entre Tours et Loches pour se reposer un peu, et donner des nouvelles à Cajoline, la rassurer et lui indiquer la route à suivre.

Jean-jean nous indique le chemin, c'est confirmé, il avance, il n'a pas fait demi tour pour aller s'en prendre à Cassandre. Je reconnais facilement les marques laissées par mon ancien compagnon d'armes. Un signe sur le plus grand arbre de la clairière et une trace infime de feu de camp, reconnaissable, même s'il a plu.

Je prend le premier tour de garde, comme à chaque fois. Même s'il ne laisse rien paraitre, je vois bien que la dernière rencontre entre Henri et le colosse à laissé des traces. Il a les traits tirés et grimace de douleur de temps en temps. Prétextant ne pas être fatiguée, je le laisse se reposer une grande partie de la journée et le laisse se réveiller à sa guise. Pour le moment tout se passe au mieux et si tout va bien dans sept jours nous serons à Lyon. J'espère y retrouver Guillaume... je l'espère autant que je le craint, je me demande dans quel état je vais le retrouver.

Un sourire quand j'entends le croassement si particulier de mon corbeau, je siffle doucement pour ne pas réveiller Henri. Il vient se poser à mes pieds. Caline a eut mon message et me répond en retour.

Citation :
Eno,

Corbeau bien reçu, je t’en enverrais un autre lorsque nous prendrons le départ.
Prenez garde sur la route.
Je pense à toi.
A dans pas longtemps j’espère.
Caline.

Caline, elle n'est pas vraiment faite pour la vie tranquille d'une petite famille. Même si elle s'occupe parfaitement des enfants de son compagnon, je sens bien que la liberté l'attire, lui manque ... Une plume et un parchemin et je lui répond. Il me faut la rassurer.

Citation :
Caline,

Nous poursuivons notre route, pour le moment pas de trace de Guillaume.
Seules celles de Jean-jean nous guide. Nous faisons route de nuit, lui de jour apparemment, ce qui doit lui permettre de prendre des renseignements.
Nous avons passé Tours la nuit dernière. Cette nuit nous accélèreront un peu dès que nous aurons passés les alentours de Loches, les traces sont un peu moins fraiches, Jean-jean semble accélérer.

Courage, le départ est pour bientot.

Eno

Après avoir nourri mon corbeau, je lui noue le message à la patte et le renvoie vers Caline. Je le regarde s'envoler, laissant mon regard se perdre un instant le long des cimes des arbres, lorsqu'un mouvement attire mon attention. Henri se réveille. Son visage à l'air plus serein. Je souris. Un petit repas rapide, et je me repose un peu à mon tour avant de reprendre la route à la tombée de la nuit. Demain nous serons aux abords de St Aignan.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enored
Sénéchal du Sagittaire
Sénéchal du Sagittaire
avatar

Messages : 2155
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 38
Localisation : Bientôt à nouveau en mer
Humeur : Protect me from what I want ...

MessageSujet: Re: Carnet de Bord d'une pirate.   Lun 10 Aoû 2009 - 9:07

[Rumeur sur les routes]

Tout se passe bien en route, tout est calme, trop calme, au point que cela manque un peu d'action. Voyage la nuit, repos le jour... En chemin on se ravitaille dans les fermes, occasion rêvée de prendre des renseignements ... Contre quelques écus ça parle facilement un paysan. Le souvenir de Guillaume est vague, il semble être passé il y a si longtemps ... Et si ce n'était pas lui. Ils parlent d'un mercenaire brutal, alcoolique, aux cheveux sombre. Après tout la perte de sa femme et de sa fille a du entamer sérieusement son capital de sympathie. Le passage de Jean-jean est nettement plus présent dans les mémoires. Il y a encore un éclat terrifié lorsque je parle d'un colosse en peu ahuris avec deux haches accrochées à sa scelle.

Un matin, sans savoir pourquoi, je demande des nouvelles de la dagueuse. Et c'est en cherchant le frère sans grand espoir que je retrouve la trace de la soeur. Elle aurait fait partir d'une troupe franche et serait en prison à Joinville. Joinville ... le fermier me montre sur la carte où la ville se trouve. Léger détour et j'y serai. Retour au campement, j'en parle à Henri, il est d'accord pour le détour. Jean-jean est loin de notre petite troupe maintenant. Le danger est écarté pour eux pour le moment. Et le détour n'est pas si long.

Nous sommes prêts d'Autun et rien ne nous empêche de faire route rapidement vers le nord et aller vérifier la rumeur à Joinville. En route la rumeur se confirme à propos de la troupe franche, je comprend à présent pourquoi la Féline n'a pas répondu à ma lettre. Elle ne l'a surement même pas eue... Je pars en chasse ....

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enored
Sénéchal du Sagittaire
Sénéchal du Sagittaire
avatar

Messages : 2155
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 38
Localisation : Bientôt à nouveau en mer
Humeur : Protect me from what I want ...

MessageSujet: Re: Carnet de Bord d'une pirate.   Mer 12 Aoû 2009 - 12:21

[Rumeurs, maudites rumeurs ....]

Joinville approche. Nous y serons demain. Pour la première fois depuis que nous avons quitté le Maine, je ne presse pas le pas de mon cheval. J'ai peur ... oui peur ... de ce que je vais trouver. Peur de savoir ... de voir .... Des questions tournent sans cesse dans mon esprit : dans quel état vais-je trouver Félina ? Comment vais-je arriver à la voir ? Est-elle seulement encore en vie ? Dans une ferme on m'a dit que les prisonniers seraient surement soumis à la question. La simple évocation de cette torture me fait frissonner. Félina subit le sort qui m'attend si un jour les soldats anglois me mettent la main dessus.

Inconsciemment je retiens mon cheval. La nuit devient mon ennemie, elle passe trop vite, beaucoup trop vite. Demain Joinville. Nous ne sommes plus qu'à quelques lieues. Et c'est l'estomac noué que je vois les prémices de l'aube.

Brusquement je m'arrête alors qu'au loin se dessinent les remparts de la ville. Nous approchons des frontières de l'enclave bourguignonne et ... aucun laisser passer en poche. Il va falloir la jouer fine, trouver un logement avant l'aube. Ensuite ... ensuite j'aviserai.

Peut-être ... peut-être qui qu'Henri me permettra d'entrer en prison. Il est médecin et peut être ... pour le moment entrer discrètement dans la ville. C'est le plus compliqué. Les remparts de la ville grandissent. Par réflexe je remonte ma capuche. Cheveux de feu et regard émeraude cachés aux yeux de tous. Non loin de la ville, une ferme isolée peut être que...

Je décide de m'arrêter. Se faire passer pour des paysans ... J'emprunte une charrette au propriétaire de la ferme, y attèle nos chevaux. Sous une bache je cache mon arc, baton et autres armes, recouvrir le tout d'une botte de foin. Du foin pour les chevaux des soldats ... pas mal ça. Laisser Henri parler. Je vois le regard réprobateur d'Henri quand à l'emprunt de la charrette. Haussement d'épaule. Je rajuste ma capuche, à l'entrée de la ville ce sera à lui de jouer pour déjouer la méfiance des douaniers ... C'est parti. Joinville nous voici.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enored
Sénéchal du Sagittaire
Sénéchal du Sagittaire
avatar

Messages : 2155
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 38
Localisation : Bientôt à nouveau en mer
Humeur : Protect me from what I want ...

MessageSujet: Re: Carnet de Bord d'une pirate.   Ven 14 Aoû 2009 - 11:09

[Une rencontre inattendue. ]

La tête posée sur l'épaule d'Henri, je l'écoute parler au chef maréchal. J'ai du mal à garder mon sérieux quand il lui propose de lui arracher un chicot. Faire semblant d'être endormie...

La douane est passée, je soupire de soulagement et me redresse. Il ne nous reste plus qu'à trouver un lieu pour nous loger. Toute notre attention est prise par le besoin de se reposer lorsqu'un môme surgit devant la charrette exécutant une révérence.

S'il n'avait pas pris ce risque j'en aurais bien rit. Un gamin des rues, sans âge, courageux ou fou, allez savoir. Il ne baisse pas le regard alors que je le fixe.

Après une hésitation, je lui propose de nous trouver de quoi nous loger et trouver du travail pour Henri. Je ne sais pas encore ce que je peux vraiment lui dire. On lui parlera des prisonniers un peu plus tard, selon ses réactions. Henri semble se méfier il vaut mieux rester prudente...

Je n'ai pas vraiment envie de courir vers la prison, un peu de repos avant nous fera le plus grand bien. Un bras passé autour de la taille d'Henri, j'attends de voir si le gamin accepte notre proposition.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enored
Sénéchal du Sagittaire
Sénéchal du Sagittaire
avatar

Messages : 2155
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 38
Localisation : Bientôt à nouveau en mer
Humeur : Protect me from what I want ...

MessageSujet: Re: Carnet de Bord d'une pirate.   Mer 19 Aoû 2009 - 9:34

[Joinville ou quand le vent souffle à nouveau dans les voiles]

Etrange sentiment ... Joinville, je te craignais et voilà que ... je retrouve ma liberté.
Etrange ville ... Joinville, des couples plus niais les uns que les autres, des habitants rendus serviles par leurs petites habitudes et pourtant ... le vent souffle à nouveau dans les voiles dès que nous approchons de l'rade de la Méduse, taverne indiquée par le môme à présent assis à mes côtés. Quartier calme, très calme, comme si les gens 'biens' n'osaient s'approcher.
Etonnement, Henri se fait protecteur à l'entrée de la taverne ou bien veut-il que je ne me fasse pas remarquer. Je m'en amuse, je reste avec le môme et j'attends.
Etonnement, je fais confiance au môme sans savoir pourquoi.

Intermède : oiseau qui se pose non loin de moi, message à la patte, le pigeon de Caline ... nouvelles des autres ... est ce que j'en veux vraiment ? Je suis sur le point de tracer ma route sans eux, loin d'eux plus envie de rien ...

Citation :
Eno,

Cette fois ci, nous sommes sur le départ, tu peux savoir comme j’ai hâte, cette impression de tourner en rond à Laval devient insupportable.
Vous avancez vite, le voyage doit etre fatiguant, pensez à vous reposer et faites attention à vous...voilà que je parle comme un vrai maman poule maintenant !

A dans pas longtemps mon amie.

Caline.

Petit rajout de dernière minute, cette fois ci, c’est le départ, enfin ! On se retrouve sur Lyon . Je te donnerais des nouvelles de notre avancé au fut et à mesure. Faites attention vous aussi.
Caline . Laval, le 16 aout 1457

Caline, elle s'ennuie, enfermée dans son rôle ... mais il y a autre chose derrière son regard, derrière ses mots ...

Enfin ... Henri ressort de la taverne, je vois à son regard qu'il n'apprécie pas l'endroit, mais je revis. Je saute du haut de la charrette.
Baluchon sur l'épaule, arc en bandoulière, j'entre. Autant passer pour ce que je suis. Pirate, mercenaire, c'est cela ma vie, ma vraie vie. Je n'en peux plus de vivre confiner à faire semblant.
Entrée dans la taverne. Regards qui se lèvent, d'autre non. Je m'amuse du coup d'oeil étonné du tavernier, qu'est ce qu'Henri a bien pu lui raconter.

Sourire narquois sur les lèvres, nouvel éclat qui nait dans mes yeux. Je me sens chez moi, libre d'être moi. Nouvel éclat ? ou ancien éclat qui renait, simplement. Retour de la pirate. Je sens Henri inquiet, son regard vers le môme veut tout dire. Je sais qu'on peut avoir confiance en lui et s'il lui prend l'envie d'aller voir les maréchaux ... ça disparait vite un gamin des rues sans que personne n'ait envie de le retrouver... Sourire carnassier sur les lèvres, l'endroit me plait je revis.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enored
Sénéchal du Sagittaire
Sénéchal du Sagittaire
avatar

Messages : 2155
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 38
Localisation : Bientôt à nouveau en mer
Humeur : Protect me from what I want ...

MessageSujet: Re: Carnet de Bord d'une pirate.   Mar 25 Aoû 2009 - 19:09

[Quand la mort nous sépare ... ]

Quelques instants, avant j'avais cru revivre ...
Je me sentais bien à ce comptoir, la taverne me plaisait mais quelque chose clochait. Doucement, la gorge serrée, je me suis retournée et mes yeux comprirent ce que mon esprit refusait de voir.

Quelques instants avant, j'avais cru revivre ...
Appuyé contre un mur, Henri se tenait le côté. Poignardé, par qui ? pourquoi ? pourquoi lui ... Son appel raisonne encore à mes oreilles. Je me suis précipitée vers lui, l'ai pris dans mes bras lui ai promis de le soigner ... mensonge.

Quelques instants avant, j'avais cru revivre ...
Assis par terre dans la taverne, j'écoute ses dernières paroles, j'émets la promesse silencieuse de ce qu'il me demande. Rester libre. Je le serai, pour lui, pour eux...

Quelques instants avant, j'avais cru revivre.
Dans mes bras il remet son dernier souffle et tout bascule. L'homme que j'ai aimé plus que ma vie n'est plus. Mon coeur se resserre, se referme. Machinalement, je fais ce qu'il m'a demandé, avec l'aide du gamin des rues, j'installe son corps dans la charrette pour aller l'enterrer en pleine campagne, je n'ai pas le coeur d'aller écouter les balivernes d'un curé.

Silence
Sans un mot, je sors de la ville, assise sur la charrette pour donner une sépulture à l'homme que j'aime. Arrivée en haut d'une colline, je m'arrête et mets son corps en terre à ma façon. Un trou, le corps qui glisse au fond, des pelletées de terres, des pierres, et une promesse de venger sa mort.

Silence,
Murée dans le silence je retourne en ville après avoir récupéré la sacoche d'Henri et d'avoir rendu charrette et cheval à leur liberté. Galop vers les murs de Joinville, où j'espère croiser celle que je suis venue voir. Après, je repartirai.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enored
Sénéchal du Sagittaire
Sénéchal du Sagittaire
avatar

Messages : 2155
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 38
Localisation : Bientôt à nouveau en mer
Humeur : Protect me from what I want ...

MessageSujet: Re: Carnet de Bord d'une pirate.   Jeu 27 Aoû 2009 - 15:43

Bourgogne maudite... ou quand la pirate rencontre la dagueuse et se décide à revivre.

Silence...
Je m'y suis murée depuis la mort d'Henri. Je veux revoir Félina une dernière fois, mais n'y crois plus. Mise plus bas que terre par la torture qu'on lui a infligée, elle n'apparait plus.

Silence ...
En dehors des cris poussés lors de mes nuits de cauchemars je ne dis plus mot. Pour éviter les cauchemars, je chevauche toute la nuit et ne rentre qu'au petit matin épuisée. Je m'écroule alors sur le lit et j'arrive presque à oublier ... presque.

Silence ...
Je ne saurais jamais pourquoi lui, pourquoi ce coup de poignard. Je m'habitue à son absence ... ou pas. Dernière chevauchée nocturne, une seule certitude, je ne verrais plus Félina. Elle doit se terrer quelque part.

Silence jusqu'à ce que ...
J'entre dans l'rade de la méduse au petit matin et voilà que ... dague qui siffle, qui frôle ma joue un peu plus je n'étais plus. Ce n'aurait pas été si grave après tout. Henri mort, il n'y avait plus personne pour me regretter ... ou pas.

Silence rompu.
J'attrape la dague incriminée, et je la reconnais ... avec difficulté ... la Dagueuse, la Féline, elle est là derrière le comptoir. Elle ne regarde pas vers la porte, ne m'a peut être même pas entendu entrer. Je claque la dague sur le bois du bar.


C'est à toi ça. Premiers mots prononcés depuis la mort d'Henri...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enored
Sénéchal du Sagittaire
Sénéchal du Sagittaire
avatar

Messages : 2155
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 38
Localisation : Bientôt à nouveau en mer
Humeur : Protect me from what I want ...

MessageSujet: Re: Carnet de Bord d'une pirate.   Mar 1 Sep 2009 - 9:30

Lyon, ou quand un détour s'achève.

Lyon, enfin.
A l'entrée de la ville, pas de problème rencontré, les maréchaux me regardent passer sans rien demander. Léger haussement d'épaule. Qu'importe. Je me mets en quête d'une taverne où loger lorsque les autres seront arrivés. Ils ne devraient plus être très loin. Je n'ai pas de nouvelle, mais n'en ai pas donné non plus.

Silence.
La ville autour de moi est bruyante. Je me retranche dans mon silence. Lyon... que me réserves tu ? Le détour par Joinville n'aurait jamais du se passer ainsi. Félina n'était plus que l'ombre d'elle même et ne voulait surtout pas que je parle d'elle à qui que ce soit de la troupe. Soit, le détour par Joinville n'avait jamais existé. Si seulement. Silence et solitude. Regrets ...

Silence rompu.
Rompu le temps de demander où trouver une taverne. Passage devant un manoir cossu. Étrangement il attire mon attention. A une époque, avec Guillaume et Jean-jean on se serait demander comment y entrer afin de soulager les propriétaires d'une partie de leurs richesses... elle est loin cette époque. Je passe. La taverne est trouvée, les chambres seront prêtes pour leur arrivée. Le temps d'une bière, un peu de civilisation bruyante. Un homme d'arme vient me porter une lettre.

Citation :
Bonjour à vous et bienvenue,

Je m'appelle Headkro et je suis le lieutenant de la prévoté de Lyon. Vous venez de pénétrer dans le duché du Lyonnais-Dauphiné et à quelques miles au sud se trouve la ville de Lyon. J'espère que vous n'avez pas eu de souci sur la route, sinon n'hésitez pas à m'en parler

En vertu de la charge qui m'est accordé, je vous demanderai de bien vouloir m'indiquer votre identité.

Le Lyonnais-Dauphiné est une terre très accueillante, mais puis-je connaître la raison de votre venue et votre destination ? Et si vous avez des questions, et que je suis habilité à y répondre, n'hésitez pas.

Si vous comptez commercer à lyon et vendre quelque objet sur notre marché, il vous faudra envoyer un message au maire pour demander son autorisation afin de mettre lesdits objets sur le marché.

Toute fraude rendra l'individu passible d'escroquerie, voir de trouble à l'ordre publique selon la gravité des faits.

Voila, un homme (ou une femme) averti en vaut deux, vous êtes donc deux à devoir faire attention Wink

Merci d�avance pour tous ces renseignements. Je vous souhaite un excellent séjour dans notre duché et dans la ville de Lyon. N'hésitez pas à visiter nos tavernes, la bière est excellente!!»


Headkro lieutenant de la prévoté de lyon

Tout ça pour dire ça ... bien va falloir répondre, mais il me veut quoi celui là! les frontières sont pas fermées qu'je sache ! Léger mouvement de colère alors que j'attrape dans ma besace une plume et un peu d'encre. Vais pas gacher un parchemin pour ça je répond au dos.

Citation :

M'sieur l'lieut'nant

J'suis pas bien sur qu'mon nom vous soit bien utile m'enfin s'il faut vous l'dire pourquoi pas. J'suis Enored O'Caellaigh.
J'viens d'nul part et j'vais vers le Sud. J'pense pas qu'vous avez b'soin d'en savoir plus.
J'suis là l'temps qu'mon envie s'ra d'rester.
J'ai rien à vendre et j'ai pas un écu en poche.

Slan

Enored O'Caellaigh


Je tends le parchemin à l'homme d'arme et replonge mon regard dans le fond de ma chope. Elle est vide. Tant pis. Je retourne à mon silence et sors de la taverne.

Silence.
En repassant devant le manoir j'apprends qu'il appartient à la marraine de la petite Rastignac. Tant mieux, elle y sera bien. A l'abri de tout. Je m'arrête pour observer la bâtisse. Tour y semble si calme. Une vieille femme me dévisage, je lui rend son regard et elle prend peur. Sourire narquois et léger amusement alors que je gagne la sortie de la ville. Le temps qu'ils arrivent je camperais hors des murs. Il va me falloir retrouver les traces de Jean-jean et éventuellement celles de Guillaume... Félina doit avoir raison. Guillaume est mort surement. Sinon il aurait tout fait pour retrouver sa femme et sa fille.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enored
Sénéchal du Sagittaire
Sénéchal du Sagittaire
avatar

Messages : 2155
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 38
Localisation : Bientôt à nouveau en mer
Humeur : Protect me from what I want ...

MessageSujet: Re: Carnet de Bord d'une pirate.   Lun 7 Sep 2009 - 14:50

Lyon. Ville maudite. Royaume de France royaume maudit ?

C'est à croire que partout où je vais, le malheur me suit. Il me touche, ou s'abat sur les gens qui m'entourent. Que penser ?

Joinville d'abord, Lyon maintenant ... A la mort d'Henri, succède celle de l'ancien diacre Renoan. *Soupire* Que penser ?

Je ne voulais rien dire, par parler surtout ne plus l'évoquer. Cacher au fond de mon esprit cette douleur vive, pour ne plus la ressentir. La voilà réanimée. Que penser ?

Partir, partir vite et loin. Laisser la nuit s'achever, tenter de se reposer alors que se joue un drame dans la pièce à côté. Egoïstement tenter de se reposer pour mieux fuir. Que penser ?

Que penser, que dire que faire ? Rage au coeur. Vengeance qui crie. Vengeance pour mes frères, pour Henri. Pour eux rester libre. Pour eux rester vivante. Liberté. Vie. Pour eux ... pour lui ... Que penser ? Comment continuer à avancer ?

La nuit s'allonge, le temps s'immobilise. Trouver le repos pour continuer à avancer. Avoir la force pour deux. Pour elle. Je lui ai dit qu'elle pouvait pas comprendre. A présent elle peut. Injustice ! Elle ne méritait pas de souffrir. Repos. Repos mérité pour trouver la force d'avancer. De l'emmener loin d'ici. Loin du malheur qui l'a frappe. Acceptera-t-elle seulement après le refus de son amitié ? Que penser ?

Rage au coeur. Poing qui frappe l'oreiller. Le sommeil ne vient pas. Pas de repos pour la pirate que je suis. Pieds nus sur le sol. J'avance vers la fenêtre. Impression de ne pas avoir dormi alors que le jour se lève. Etonnant. Rêve ...réalité ... que penser. Main qui fouille dans une poche. Parchemin froissé. Celui de Krytel. Il fa falloir lui répondre. Lui annoncer. Que dire ? Qu'écrire ? Que penser ?

Calme hors de la chambre, comme si la nuit avait abattu un silence gêné sur le drame qui s'est noué dans la pièce d'à côté. Je sais qu'il n'est plus je n'ai pas besoin d'aller voir. Que penser ?

Trouver Cajoline, Edonice, les convaincre de laisser ici ce qui fait mal et partir loin, très loin de tout cela. J'aurai du y aller avec Lui. Je pars avec elles c'est décidé. Quitter le royaume. Partir là où l'on sait rien de nous. Recommencer, toujours, encore. Mais par dessus tout rester libre et vivre. Pour eux ... pour lui ... Voilà que penser.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enored
Sénéchal du Sagittaire
Sénéchal du Sagittaire
avatar

Messages : 2155
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 38
Localisation : Bientôt à nouveau en mer
Humeur : Protect me from what I want ...

MessageSujet: Re: Carnet de Bord d'une pirate.   Ven 25 Sep 2009 - 19:08

Aix, ou arrivée un peu plus discrète que prévu.

La Provence enfin, légère tension lorsque nous avons franchit les frontières? Changement de Comté, de Royaume même pour changer de vie ? Je ne saurais le dire encore pour le moment. Seul le temps me dira ce qui va se passer ici. Ne rien prévoir, se laisser porter par les évènements. D'abord une invitation étrange, à un banquet ce qui me semble d'autant plus étrange parce que je n'ai jamais mis les pieds dans quelque chose qui ressemble à cela.

Et pourtant la curiosité me pousse à y aller. Curiosité de voir ce dont il s'agit et peut être sortir du silence enfin ? Allez savoir. Une lettre à Dahut pour lui dire que nous sommes bien arrivées et ... l'attente débute. Attente douce pour nos corps. Du repos, nous en avons besoin toutes trois. Peut-être est-il temps de se poser pour envisager l'avenir et tenir une promesse : vivre pour eux, être libre pour lui. Ils me manquent tous terriblement, mais sans ce manque, oui sans ce manque peut être que je ne saurais pas vivre. Laisser ce manque me prendre toute entière, lui seul me permet d'avancer, de me projeter.

Ce qui est étonnant, c'est que ma présence ne semble pas déranger le peu d'âme que j'ai pu croiser. Et j'ai hâte, hâte de tourner la page, hâte de retrouver mon beau tavernier. Des questions pourtant se bousculent dans ma tête depuis sa fameuse invitation... Est-il toujours celui que j'ai en mémoire ? A-t-il changé ?

Une autre ... une autre m'obsède, Guillaume est-il par ici ? Quelqu'un l'a t il vu ? Pourquoi ne nous a-t-il pas rejoint en Flandres. Mon intuition me dit qu'il est quelque part par ici ... je ne saurais dire pourquoi, mais contrairement à ce que pense Félina, je suis certaine qu'il est vivant. Certaine que le père d'Edonice est là quelque part, pas bien loin de nous ...

Je navigue entre patience et impatience, patience pour attende Dahut, savoir où il est, où il se trouve ... je n'ai même pas questionné les gens que j'ai croisés à son propos ... J'ai envie de prendre mon temps. Impatience de revoir la mer ... par moments les effluves se font sentir dans les rues d'Aix ...

Aix, nouvelle terre pour une nouvelle vie ... après tout, pourquoi pas ....

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enored
Sénéchal du Sagittaire
Sénéchal du Sagittaire
avatar

Messages : 2155
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 38
Localisation : Bientôt à nouveau en mer
Humeur : Protect me from what I want ...

MessageSujet: Re: Carnet de Bord d'une pirate.   Ven 9 Oct 2009 - 2:27

Quand un voyage se termine, un autre commence ...

Si son premier réflexe avait été de galoper vers la plage en arrivant à Marseille, la pirate se retrouvait hypnotisée par la mer. C'est qu'elle était restée longtemps les pieds dans l'eau. La mer ! enfin ! oui ... et voilà que le soleil, qui se levait à peine quand elle avait posé un pied sur la plage, se retrouvait haut très haut dans le ciel lorsqu'elle se décida enfin à faire quelques pas en arrière pour se mettre au sec.

En cette saison, l'eau n'était pas encore vraiment froide, non, mais ... ses bottes n'aimaient pas les bains prolongés. Alors elle recula suffisamment loin, ne quittant pas des yeux l'élément liquide qui la subjuguait, lui vidait l'esprit à cet instant là. La mer avait toujours eu ce pouvoir sur elle. La vider de ses pensées, la nettoyer de l'intérieur. Doutes, souvenirs douloureux, tellement douloureux que presque impossible à évoquer, même à ceux qui l'aimaient, ceux qu'elle appréciait, tout s'en allait face au ressac, qui à chaque vague la nettoyait un peu plus.

Regard curieux des pêcheurs qui partent en mer chercher leur pitance quotidienne. Regard émeraude, aussi foncé qu'une mer déchainée, qui ne se déplante pas de l'horizon qui l'attire.

Elle n'a fait que quelques pas en arrière avant de poser ses fesses par terre, ou par sable, c'était plus juste à cet instant là, même si cela de se dit pas. Sous ses mains contact avec la douce chaleur du sable tiède.

Bientôt... oui bientôt elle pourrait naviguer à nouveau et qu'importait le prix à payer. Si l'âme de la femme était morte avec l'homme qu'elle aimait, si elle savait que plus jamais cela ne serait pareil, l'âme de la pirate revivait, renaissait et revenait. Non, elle ne revenait pas, elle n'était pas, plus la pirate sanguinaire qui avait du se battre pour gagner le respect de son équipage. Il y avait quelque chose d'autre, de différent de plus subtil. Car ces années passées avec eux, avec Lui, l'avaient transformée. Elle avait connu le bonheur, l'avait effleuré du doigt, s'en était tellement imprégnée, qu'elle n'était plus tout à fait la même.

Elle avait bien cru que tout allait basculer à nouveau, qu'elle sombrerait dans la folie, que le malheur la plongerait dans les bas fond... Non, elle remontait en surface, reprenait pied et cela à cause ... non grâce à deux amis. Elle s'était accrochée à l'une sans qu'elle le sache, comme à un radeau de survie, parce que la douleur de celle ci faisait écho à la sienne, parce qu'elle la renvoyait à sa propre souffrance en lui faisant comprendre qu'il était possible d'aimer au point d'avoir l'impression de mourir quand c'est l'autre qui disparaissait. En la poussant au plus profond de sa douleur pour l'aider à remonter, elle avait cru réussir à affronter la sienne ... foutaise, ce n'était que mieux la remettre à plus loin, à plus tard, la cacher derrière une froide façade imperméable à tout sentiment... Tous sans exception ? Non l'amitié ressemblait à une lueur d'espoir, à cette aube qui se lève après une nuit de tempête faisant rougeoyer le ciel encore déchiré par de sombres nuages. Alors oui, elle s'était accrochée à elle, l'avait forcée à avancer, à s'en sortir pour ne pas sombrer, pour ne pas qu'elles sombrent toutes deux elles étaient parties, pour l'enfant qui les accompagnait aussi.

Et puis il y avait lui, qu'elle avait eu peur de trouver changé par les grands mots qu'il employait dans certains de ses courriers, par le titre qu'il avait gagné, par les gens qu'il devait côtoyer. Certes, il avait changé, tout comme elle, aucun des deux n'était le même et pourtant, il avait vu, comprit, ressenti au point de savoir ce dont elle avait besoin pour revivre. La connaissait-il mieux qu'elle même ? C'était possible. Il la devinait, alors qu'elle cachait, il la comprenait, alors qu'elle enfouissait ses sentiments au plus profond d'elle même, tellement profondément qu'ils ressurgissaient dans ses silences. Silences qui parlaient plus que des mots. Silences, qui lui parlaient, silences qu'il avait comprit, décryptés, sans en savoir la cause exacte, silence qu'il avait, à juste titre, prit pour de la souffrance. Alors, volontairement, il avait fait ce qu'il fallait pour qu'elle s'en sorte, qu'elle arrête d'être entre de eaux et, involontairement l'avait replongé au fond de sa douleur pour qu'elle accepte enfin de l'affronter.

A présent, elle était là, la pirate, assise sur cette plage, les mains effleurant le sable dans une caresse, avec au fond des tripes l'impression d'être à nouveau vivante. Même si le chemin n'était pas semé d'embuche, même si .. et si ... et si ... et rien. Silence dans l'esprit apaisé de l'Irlandaise qui fredonne des chansons du passé qui parlent de tempête au coeur desquelles il faut naviguer, tempête qu'il faut traverser pour n'en sortir que plus fort. C'était ce qu'elle avait fait et qu'elle ferait encore... Affronter la mer, se mesurer à elle, libre de voguer sur les flots, libre parce qu'elle le lui avait promis, libre de ses choix, libre grâce à une amitié sans faille construite au fil des courriers et des années ... de combien d'années ? Qu'importait mais libre, grâce à lui, à eux ... Libre d'espérer à nouveau, de croire en cet avenir qu'elle n'osait même plus imaginer ... Libre d'à nouveau vivre et plus simplement survivre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enored
Sénéchal du Sagittaire
Sénéchal du Sagittaire
avatar

Messages : 2155
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 38
Localisation : Bientôt à nouveau en mer
Humeur : Protect me from what I want ...

MessageSujet: Re: Carnet de Bord d'une pirate.   Mar 17 Nov 2009 - 16:51

Quand tout bascule à nouveau à cause de quelques mots...

J'aurais aimer y croire oui, croire à ce qui aurait été possible mais non ... J'y ai cru un moment, un bonheur simple dans une maison, un projet, un navire en construction, une pause dans une fuite, tout cela nous le touchions du doigt. Et puis il a fallu que je m'investisse, légèrement certes, mais que j'offre mon aide tout simplement pour le remercier de ce qu'il avait fait, je lui ais proposé mon nom pour sa liste et puis ... et puis ça n'aurait rien du donner.

Tout aurait du continuer, tout simplement, les projets se concrétiser, le Stoirmeacha aurait du être achevé ... au lieu de ça, à cause de quelques mots il avait fallu fuir à nouveau. Fuir loin de la sécurité du domaine des Trévières, fuir loin de l'avenir dessiné pour ... plus rien. L'humeur est sombre, bien plus sombre qu'en venant parce que je n'ai pas su tenir ma langue, parce que j'ai répondu avec simplicité à la fourberie d'un Archevêque. Parce que je ne crois pas comme lui, me voilà avec un éventuel procès aux fesses, parce que j'ai vexé ce monseigneur et le reste du clergé. Parce que j'ai dit en quoi je croyais, parce que j'ai répondu aux questions posées.

Maudit comté ! maudite Provence qui a vu la mort d'une amie, l'exil d'une autre, une taverne brûlée ... Maudit comté !

Nous voilà à Montélimar sans savoir si je pourrais retourner à Aix, retrouver le domaine des Trévières, cette fameuse famille qui nous a accueillies en toute simplicité. Ah Montélimar, pause dans une fuite. Pause, attente, je n'aime pas ça je fulmine et du coup mes pensées voguent vers ceux qui me manquent. L'absence, par la Grande Déesse que c'est dur l'absence. Ca vous laisse un vide au creux des tripes, un vide impossible à remplir. Avec l'action, les projets en cours j'y pensais moins, mais oui, me voilà inactive là, à Montélimar ... dans une petite maison louée parce que plus facile à sécuriser qu'une chambre de taverne... Il faut que les choses bougent et vite ... Je ne veux pas m'enfoncer dans une routine qui m'engluerait dans ce que je ne veux plus revivre. La page du passé est tournée certes, mais sans projet l'avenir est un long passé...


http://www.youtube.com/watch?v=KhHwdFeyt_A

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enored
Sénéchal du Sagittaire
Sénéchal du Sagittaire
avatar

Messages : 2155
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 38
Localisation : Bientôt à nouveau en mer
Humeur : Protect me from what I want ...

MessageSujet: Re: Carnet de Bord d'une pirate.   Mer 2 Déc 2009 - 11:50

Pause sur la route ... le temps d'une rencontre musclée...

Regrets ...
Regrets de notre départ de Provence plus tôt que prévu. Regrets d'avoir donné des nouvelles à la marraine d'Edo ... Je pensais lui faire plaisir je n'ai reçu qu'insultes en retour ... Qu'importe.

Etrange femme que la marraine d'Edonice. Une vicomtesse qui veut nous donner des leçons de bon gout et ... qui s'est pourtant jetée sur moi comme une furie, s'en est suivit une bagarre dans la boue ... C'est ainsi. Tirons un trait sur cet épisode ... boueux. Une pause le temps de reprendre des forces avant de continuer notre route vers les Flandres, une pause le temps de penser à ceux qui ... j'ose enfin me l'avouer, me manquent. Mes pensées se tournent vers les Trévières. J'imagine Dahut sur son chantier, avec Flore à ses côtés lui racontant son projet. Léger sourire. Je prends alors une plume et un parchemin.

Citation :
Mon beau tavernier.
Tu dois surement être bien occupé après tes noces et tous tes projets en cours. Depuis les bords de la Saone, je t'imagine sur les quais à arpenter les travaux en cours sur ton chantier. J'espère que mon bateau sera près à notre retour.

Nous faisons une pause de quelques jours jours en LD le temps de prendre des forces pour la suite de notre route. Comme prévu nous retournons chez les filles récupérer leurs écus. Ce voyage me coute je dois l'avouer. J'étais bien chez vous, mais notre retour vers les Flandres n'avait que trop tardé ... je n'ai fait que trop le reculer. Il est temps que les filles puissent tourner cette page de leur passer.

J'espère être de retour au plus vite.

Slan agat.

Enored.


Bran s'envole ... je le jalouse de redescendre vers le sud alors que je monte vers ce nord que je déteste...


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enored
Sénéchal du Sagittaire
Sénéchal du Sagittaire
avatar

Messages : 2155
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 38
Localisation : Bientôt à nouveau en mer
Humeur : Protect me from what I want ...

MessageSujet: Re: Carnet de Bord d'une pirate.   Mar 5 Jan 2010 - 19:54

Où quand un voyage forcé ramène sur des pas douloureux ...

Les Flandres, les Flandres sont bel et bien derrière nous à présent. Page tournée, celle de la découverte d'une enfant, devenue jeune fille et qui chevauche à mes côtés sans plus avoir peur de moi à présent. Page tournée, celle du lieu qui a rendu une amie folle à lier. Pensée pour elle. Page tournée sur une période de bonheur que je ne connaitrais plus jamais. Cette petite chambre dans la taverne de Renoan. Pensée pour lui. Chambre dans laquelle nous avions osé espérer un bonheur éternel. Vite, si vite brisé, trop vite brisé. Bonheur inespéré, bonheur échappé. Coeur brisé sur lequel le temps à posé ses points de suture. Point qu'il ne posera plus sur ma peau. Je ne voulais pas, j'ai fuis, j'ai évité et me voilà sur la route de Joinville. Oh non je n'entrerai pas en ville non. Je vais juste rechercher cet arbre, celui au pied du quel j'ai pleuré. J'ai laissé les filles non loin, elles se reposent. Mais je ne peux passer ici sans aller là bas. Etrange, mes yeux sont humides alors que je me rapproche et que je reconnais le chemin à travers cette brume liquide qui s'empare de mon regard. J'accélère, je force ma monture. Un détour, une colline et le voilà. L'arbre. Le cairn. Je me laisse tomber du haut du cheval. Je pose mes mains sur les pierres et je jure. Je jure parce que je sais. Je jure parce que même si toi tu prônerais le pardon, je jure de venger ta mort. Je sais, je sais qui t'as séparé de moi à jamais. Je sais et je te vengerai. Le sang pour le sang, la mort pour la mort. Lueur froide dans mon regard. Aussi froide que les pierres de ta tombe. Je t'avais promis, je ferais. Je sais qu'il y a une chapelle au loin alors je vais. Je trouve le moinillon qui s'en occupe et lui lance une bourse pour qu'il prie pour le salut de ton âme. La mienne n'en a pas besoin, je sais qu'après ma mort je reviendrais et que dans la prochaine vie nous nous retrouverons. Et je reviens, je reviens sur ta tombe ou je tombe à genoux. Je crie, je pleure j'insulte la mort. Elle est injuste, elle t'a séparé de moi pourquoi ? Pourquoi faut-il que les gens qui m'entourent meurent ? Pourquoi ? Question sans réponse mais pas de mort sans vengeance. Vengeance ! J'aurais ta peau vieux Jack parce que tu as eue celle de l'homme que j'aimais, je te retrouverais, je te tuerais j'en fais le serment. Lame qui passe de ma ceinture à la paume de ma main pour dessiner une ligne rouge carmin. Ligne qui se transforme en rivière qui goutte sur les pierres. Gouttes témoins d'un serment par le sang. Par mon sang je jure, je jure de venger ta mort et j'appelle mon cheval. Il revient, je rejoints les filles, et on rentre, on rentre en Provence.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enored
Sénéchal du Sagittaire
Sénéchal du Sagittaire
avatar

Messages : 2155
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 38
Localisation : Bientôt à nouveau en mer
Humeur : Protect me from what I want ...

MessageSujet: Re: Carnet de Bord d'une pirate.   Ven 15 Jan 2010 - 18:28

Quand un voyage se termine, il est temps d'oublier pour à nouveau avancer.

Quelque part dans la campagne à la limite du Lyonnais Dauphiné et de la Provence.... assise au pied d'un arbre les yeux perdus dans les flammes de notre feu de camp je veille, je veille sur mes amies endormies. Dans ma main, le courrier d'Adrienne. Elle aura réussit à m'étonner. Mon regard se tourne vers sa filleule, la fille de Guillaume. La petite à bien grandit. Par pudeur nous ne parlons plus de nos âge mais la 'môme' ne doit pas être loin de ses treize ans. J'appuie ma tête contre le tronc de l'arbre. Je n'ai pas vu toutes ces années passer. Peut être voir avec Caline, elle doit savoir quand est l'anniversaire d'Edonice. Caline, mon regard se tourne vers elle. Quelques chose a changé dans les yeux de la Bretonne. Quelque chose de plus grave qu'avant il n'y a de la douceur que lorsqu'elle couve Edo de son regard presque maternel.

Regard qui me renvoie à celui de ma mère ... étrange souvenir dans les brumes de mon passé. Je fais un effort pour revenir à l'instant présent. Il faut le prévenir, le rassurer, lui dire que tout va bien. Je range le parchemin d'Adrienne. J'ai montré la lettre à la gamine avant qu'elle ne dorme. Dans le fond de ma besace, une plume, un peu d'encre un parchemin. Je me sers du sac comme sous main. Trouver les mots ... pas besoin de beaucoup, il comprendra il saura.


Citation :
Mon Tavernier,

On arrive. Tout va bien.

Ta Pirate.

Je confie le message à Bran, me disant que si jamais quelqu'un arrive à l'intercepter, personne ne saura ce que cela signifie. Je souris en regardant le corbeau s'envoler. Vole mon bel oiseau ... va vers lui ... ne tarde pas et attends moi là bas.

Je souris à nouveau, mes pensées reviennent à l'instant présent. Sur la route, j'ai vu leurs traces. Ils sont discrets mais ils avancent à bon train, à tel point qu'on a un mal fou à les rattraper. Trois, peut être deux jours de routes et nous serons à Vitrolles. Ma main dans la besace tombe sur son parchemin. Je souris, relis les lignes depuis qu'il m'est arrivée, sans explication j'ai précipité le retour, tout fait pour avancer, raccourcit les repos.
J'ai sentit l'urgence derrière les mots. Une pensée vers lui, la solitude du chef avant la bataille je connais ... seule à prendre les décisions, seule a assumer les conséquences j'ai fait pendant longtemps. Depuis que les Rastignacs se sont disloqués. Les Rastignacs ... Félina, Guillaume où êtes vous ? Léger soupire, il va être temps de repartir. Un peu de repos ... je réveille doucement Caline, lui dit de laisser Edo dormir encore un peu et me réveiller dès le lever du soleil nous repartirons. Acquiescement de la Bretonne et m'enroule dans ma cape et sombre dans un sommeil plein de combats passés, à venir ... tout se mêle dans mes rêves. Qu'importe ... le plus important est là : on rentre. On arrive dans un duché, on retrouve une famille qui peut être saura nous apporter la paix même dans la guerre...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enored
Sénéchal du Sagittaire
Sénéchal du Sagittaire
avatar

Messages : 2155
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 38
Localisation : Bientôt à nouveau en mer
Humeur : Protect me from what I want ...

MessageSujet: Re: Carnet de Bord d'une pirate.   Lun 18 Jan 2010 - 1:32

Où quand le danger rode...

On avance toujours encore, on chevauche à bride abattue, on continue. Mon esprit n'est fixé que sur un seul but : Vitrolles. La nuit tombe, il aurait été plus sage de s'arrêter, mais ... le pigeon ... l'ordre de mobilisation ... alors je n'écoute que mon instinct pirate... ou autre chose ? Ce quelque chose qui depuis toujours me pousser sur le fil du rasoir à tout risquer et quelqu'un soit le prix ? Je ne veux pas savoir. Et je fonce, me mettant en danger, mettant Edonice et Caline en danger. Je me moque des conséquences je veux arriver à temps. Alors j'avance.

La nuit est tombée, je ralentis à peine le pas de mon cheval. Une pause au crépuscule pour faire souffler les montures, nourrir les cavalières et nous voilà reparties. Il fait nuit. Au loin des feux de camps. On avance, on tente de les éviter. Notre but : Vitrolles.

Mon instinct me dit de faire attention. Ce serait trop bête de laisser la vie dans un fossé surtout fauchée par des alliés. Mes courriers ont été sans effets. Je n'ai plus de nouvelles de Dahut. Je n'ai pas ces maudits saufs conduits qui nous permettraient de passer. J'avance toujours, encore... Je pense à lui ... toutes mes pensées sont tournées vers lui alors que mon attention est tournée vers ce qui se passe autour de nous. Le danger est là il rode dans l'ombre. Arriver entières c'est mon but. Arriver à Vitrolles entière ... ne pas mourir en chemin pas maintenant pas là pas comme ça ...

Le danger rode autour de nous, ne pas penser, surtout ne pas y penser, la peur ne me permettrait pas d'avancer. Avec elle je ne serais pas là où j'en suis, peut être serais je un peu moins inconsciente mais non je fais taire la peur elle n'existe pas pas quand il s'agit de moi alors j'avance... Je sais que je croiserais les armées au petit matin ... Je n'aurais plus qu'un but alors protéger les filles ...

Et puis ... et puis on passe. Ils nous laissent passer. Je soupire de soulagement. Mais le temps presser. On y est presque. Terrible nuit de chevauchée et le ciel s'éclaircit, rougeoie et flambe. L'aube se lève et au loin les grilles de Vitrolles. On est arrivées. Je souris intérieurement mon instinct à eu raison de me guider comme toujours. Tout avait été dit à temps. Nous sommes passées.

Il est doux de les voir ces grilles du parc. Un peu de détente et ... et le reste on verra plus tard.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enored
Sénéchal du Sagittaire
Sénéchal du Sagittaire
avatar

Messages : 2155
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 38
Localisation : Bientôt à nouveau en mer
Humeur : Protect me from what I want ...

MessageSujet: Re: Carnet de Bord d'une pirate.   Mer 20 Jan 2010 - 9:17

*L'Irlandaise avait battu la campagne autour de Vitrolles à la recherche d'Edonice. En chemin, elle avait réussit à savoir. On avait vu Edonice sur la route de Montélimar. De retour au campement de la Pioline, elle entra dans sa tente, prit une plume et un parchemin. *

Citation :
Edo,

T'imagines bien qu'j'ai rien à dire sur c'que tu viens d'faire. J'ai su que tu te dirigeais vers Montélimar. Normalement tu sais t'défendre si t'as ret'nu mes leçons ... et t'es assez futée pour éviter les emmerdes. Fais juste attention à toi et dis moi quand t'es en sécurité. J'voudrais pas r"trouver ton cadavre sur l'bord d'une route ... J'comprend qu'tu m'en veux.

Prend soin de toi, dès qu'tout est fini on r"viendra t'chercher. 'fin si tu veux ...

Eno.

*Parchemin plié et confié aux bons soins de son corbeau, la rouquine sort de la tente et le regarde s'envoler.*

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enored
Sénéchal du Sagittaire
Sénéchal du Sagittaire
avatar

Messages : 2155
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 38
Localisation : Bientôt à nouveau en mer
Humeur : Protect me from what I want ...

MessageSujet: Re: Carnet de Bord d'une pirate.   Dim 24 Jan 2010 - 21:25

Quand une amertume nait au fond de l'âme....

Guerre au goût d'attente.
Guerre au goût de patience.
Guerre au goût amère.

La patience je sais faire ... quoique ... non ... la patience avant le combat je connais. Alors dans le campement je patiente, dans le verger je cueille... J'observe, j'écoute je discute.

Guerre au goût d'attente.
Guerre au goût de patience.
Guerre au goût amère.

Et puis tout se précipite. Et puis tout accélère. Et puis les lances se forment. Et puis on se lance dans le combat. Et puis ... à nouveau patience. A nouveau, j'observe, j'écoute, je discute. Et au final silence.

Guerre au goût d'attente.
Guerre au goût de patience.
Guerre au goût amère.

Amertume des réactions écœurantes. Amertume des réactions débiles, par lâcheté d'une mourante qui trouve la force de donner des ordres insensés alors qu'elle ferait mieux de prier pour le salut de son âme. Même si nous ne croyons pas aux même choses et qu'à cause de cela je suis en procès grâce à son petit protégé, je sais ce qu'à sa place je ferai.

Guerre au goût d'attente.
Guerre au goût de patience.
Guerre au goût amère.

Guerre te voilà à nos portes, non loin de notre campement qui s'anime s'agite.
Guerre te voilà, je vis pour toi depuis presque toujours. Je n'existe presque que dans les combats. Presque parce que la vie n'est pas que ça, elle est presque que ça.

Guerre au goût d'attente.
Guerre au goût de patience.
Guerre au goût amère.

Attente. Patience. Amertume. Demain est un autre jour. Autre jour d'attente, de patience d'amertume, autre jour de guerre jusqu'au jour où l'on hissera haut les couleurs que l'on défend, celles de la liberté.

Guerre au goût d'attente.
Guerre au goût de patience.
Guerre au goût amère.
Guerre au goût de liberté...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enored
Sénéchal du Sagittaire
Sénéchal du Sagittaire
avatar

Messages : 2155
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 38
Localisation : Bientôt à nouveau en mer
Humeur : Protect me from what I want ...

MessageSujet: Re: Carnet de Bord d'une pirate.   Sam 30 Jan 2010 - 11:29

Entre les murs d'un château loin de la mer il faut tenir ...


Tenir ...
Voilà ce qu'il fallait faire à présent, tenir et gérer.

Tenir les positions, ça c'était faisable. Quand on est déterminé, une poignée d'hommes suffit à tenir une position. Déterminés nous l'étions tous, nous le sommes toujours, malgré les découragements des renforts qui tardent. Malgré les coups de mou, les attaques portées par nos adversaires sur qui nous sommes mais nous tenons. Quand le moral de l'un baisse, il y a toujours quelqu'un pour l'aider à remonter.

Tenir, nous tenons bons. Les révoltes passent et nous restons en place. Ils tentent de prendre la mairie … tant pis.

Tenir oui, c'est facile, pour moi en tout cas. Aider à l'organiser les défenses, encourager ceux qui sont sous mes ordres. Un comte sous mes ordres, rien que d'y penser cela me fait sourire. Découragement d'hier, courage aujourd’hui de l'entendre dire qu'il se battrait même dans la boue a remis mes idées en place. Il en a dans les braies ce comte …

Tenir oui, mais gérer … d'abord le poste de Capitaine, ça m'allait comme un gant ça, les relations avec les armées françaises … oui ça c'était faisable. Mais me voilà à m'occuper de la caisse du comté. D'habitude, les caisses des châteaux je les pille là … faut que je tente de faire rentrer de l'argent un comble ! Ce que l'amitié vous fait pas faire des fois … alors je gère tant bien que mal avec l'aide des gens qui soutiennent notre cause.

Et puis voilà qu'il faut que je cause de ce que je fais en place publique. Tsss les discours et moi … essai pas trop mal transformé. Attaque directe, plutôt correcte, plutôt juste. Réponse directe et retour au château.
Finalement on est pas si mal dans les murs. Les corps à corps oui, les combats oui, mais les joutes verbales c'est pas mon fort. Et puis le fauteuil de CaC est plutôt confortable le truc négatif c'est la relation avec les autres tsss que de pigeons à envoyer, de parchemins à écrire …

Le soir c'est avec plaisir que je retrouve mon poste sur les murailles pour les tenir. Tenir les défenses empêcher les révoltes … tenir pour leur montrer qu'on est plus forts que ce qu'ils croient. Tenir pour la Provence
Tenir pour la Liberté
Tenir au nom de leurs idées …

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enored
Sénéchal du Sagittaire
Sénéchal du Sagittaire
avatar

Messages : 2155
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 38
Localisation : Bientôt à nouveau en mer
Humeur : Protect me from what I want ...

MessageSujet: Re: Carnet de Bord d'une pirate.   Sam 30 Jan 2010 - 11:40

Dans un bureau, entre deux courriers, un qui touche plus que les autres ...
Citation :

Edo,

J'espère que tu vas bien et que tu es arrivée loin des combats en toute sécurité.
Je te sais assez rusée pour ne pas te faire attraper.
J'ai cru savoir que tu allais à Montélimar. J'espère que tu trouveras une cabane, un coin pour t'abriter.

Ta marraine doit être à Montélimar aujourd'hui. Elle vient nous prêter main forte. Je te dis ça juste comme ça ... je sais que tu ne l'estime que pour sa bourse.

Ici tout va bien, nous avons prit le château d'aix et ... me voilà au conseil comtal. J'avoue que ça ne m'plait pas mais bon.

Donne moi de tes nouvelles. Je sais que tu m'en veux. JE comprend. J'aurais réagit pareil. Mais j'avais peur pour toi. Je l'ai toujours.

Dis moi juste que tout va bien.

Eno.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enored
Sénéchal du Sagittaire
Sénéchal du Sagittaire
avatar

Messages : 2155
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 38
Localisation : Bientôt à nouveau en mer
Humeur : Protect me from what I want ...

MessageSujet: Re: Carnet de Bord d'une pirate.   Mer 3 Fév 2010 - 20:53

Rêveries sur les remparts après qu'un parchemin ait brûlé les doigts ... Yeux qui brûlent bien sur que ce n'est que le froid ...

Petit passage en taverne en fin de journée. Ca fait du bien d'y remettre les pieds. Ne pas se prendre la tête avec les imbéciles. Chercher juste un moment de détente avant de prendre sa garde. C'était tout ... tout ce que je cherchais ce jour là.

Un peu de calme de la détente. Moment cordial avec des gens pas connus, d'autres un peu plus et ceux qui défendent leurs idéaux sous la bannière or et noire du Sagittaire. Un début de soirée bien agréable en fait, un moment hors du temps, hors des combats jusqu'à ce qu'un pigeon vienne perturber le tout.

Ce pigeon, enfin le parchemin qu'il a apporté à Caline je m'en souviendrais longtemps. Sale môme. Et moi voilà sur les remparts à ruminer. Je fais les cents pas cherchant un assaillant sur regard, pauvre bougre sur lequel me venger du courrier qui a fait mal ... trop mal. Je ne l'ai lu qu'une fois ... mais chaque mot est gravé en moi.

Citation :

Ma chère Caline,


J'espère que pour toi tout va bien, ici tout va pour le mieux, je me débrouille très bien toute seule. Je suis une grande maintenant. La vie à Montélimar est tranquille.

Tu dois te sentir bien seule en ce moment. J'ai appris que la pirate jouait aux Grandes Dames, à croire qu'elle veut ressembler à mon idiote de marraine. Pas étonnant qu'elles se rejoignent, qui se ressemble s'assemble. Elle pouvait pas plus me décevoir.

Si tu t'ennuis, tu peux passer me voir, je travaille dans une grande auberge, près de l'église, sur la gauche. On pourrait reprendre la route ensemble, comme avant...

J'espère avoir bientôt de tes nouvelles.

Prends bien garde à toi, des ennemis et des traitresses.

Edonice,
Libre et heureuse


Je soupire, je regarde au loin. Le vent souffle, mes yeux brulent. Le vent ou autre chose ? Je préfère pas savoir. Au final, elle a raison la môme. Elle et Caline seront mieux sans moi. Elles font peut être partie d'un passé qu'il est temps d'oublier. Un passé dans lequel je n'ai su que mettre mes proches en danger.

Qu'elles repartent ensembles sur les routes, elles n'en seront que mieux sans moi ... Pensées sombres qui m'habitent au milieu de la nuit ... Un mouvement au loin, les premiers révoltés ... plus le temps de penser. Mais c'est décidé ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enored
Sénéchal du Sagittaire
Sénéchal du Sagittaire
avatar

Messages : 2155
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 38
Localisation : Bientôt à nouveau en mer
Humeur : Protect me from what I want ...

MessageSujet: Re: Carnet de Bord d'une pirate.   Mer 10 Fév 2010 - 14:16

(hop parce que je l'aime bien ... et qu'il est dans le ton du reste)

[Songes le long d'une route, ou quand les loyalistes vont à la rencontre de ceux qui les soutiennent … ]

Le 2 Février 1458 : plus d'armées ? Alors sortez !

La route … des cavaliers aux couleurs or et noir ... couleurs des Trévière … des cavalier silencieux sur une route gelée … des cavaliers sortis d'Aix à la faveur d'un mouvement des troupes … des cavaliers songeurs que rien ne pourrait détourner de leur but … des cavaliers conscients des enjeux de leur chevauchée fantastique … parmi eux, une rouquine, silencieuse elle aussi, elle surtout.

La mercenaire respirait avec bonheur l'air frais de cette journée d'hiver. Le léger vent fouettait son visage, jouait avec ses cheveux laissés libres pour la première fois depuis cette fameuse nuit. Elle chevauchait aux côtés des autres loyalistes, avait décidé de les accompagnés au cas ou et surtout parce qu'elle avait besoin, ne serait-ce qu'un moment, d'échapper aux murs du château, à ceux de 'son' bureau. Elle chevauchait en silence, plongée dans ses pensées.

Songes … petit retour en arrière … la 'fameuse' nuit, celle où ils avaient tout osé, tout tenté et réussit. Ils n'auraient que deux jours à tenir et les renforts seraient là. Mais après deux jours personne … pas de renforts … alors ils avaient tenu un troisième puis un quatrième et tenaient toujours à tel point que l'Irlandaise avait repris sa mauvaise habitude : arrêter de compter. Elle ne comptait plus les jours, elle tenait tout simplement. Alors l'idée même d'aller mettre le nez dehors … le calme de la campagne provençale pouvait étonner si l'on repensait un instant au contexte … calme propice aux songes.


Quelques mois auparavant … ou bien des années ? Elle a arrêté de compter.

Esprit qui parti plus loin, des mois en arrière, une autre chevauchée avec le même goût du danger. Deux cavaliers sur la route de Joinville … instants de pur bonheur... derniers instants sans s'en douter … blessure de plus à un coeur déjà bien trop meurtri … Sourires aux lèvres des deux cavaliers malgré le danger. Enored, Henri … Henri, Enored ... unis jusqu'à la mort, prêts à suivre l'autre jusqu'en enfer... l'une y est en enfer … l'autre au paradis ? L'une survit sans lui … Joinville et l'espoir … espoir de retrouver une amie … et de trouver son ombre … Joinville et le malheur … Joinville ville maudite où le temps d'un coup de poignard un coeur vola en éclat. Joinville où repose le corps de l'être aimé, où l'âme de l'amie a été détruite par un bourreau ... Léger battement de paupières, yeux qui brulent, le vent, le froid assurément rien d'autre surement ... battement de paupières pour faire fuir les sombres pensées … sombres pensées envolées … moins douloureuse pourtant … moins douloureuse heureusement … bond dans le temps …

Nouvelle chevauchée et trois cavalières. Départ de Lyon vers la Provence... Lyon, ville où l'une laisse sa mère, l'autre le corps de celui qu'elle a aimé et la dernière l'idée même de s'attacher à nouveau un jour … Visages fermés, deux femmes, une môme qui chevauchaient à bride abattue vers la Provence … vers un nouveau départ. Nouveau départ ? A cet instant l'Irlandaise n'y croyait pas prenant la route du sud simplement pour honorer une promesse faite à un simple tavernier devenu noble. L'irlandaise redoutait ce qu'elle allait trouver, celui qu'elle allait retrouver. Aurait-il changé ? Léger sourire sur le visage … bien sur qu'il avait changé … elle aussi … depuis toutes ces années, les épreuves les avaient meurtris tous deux ... et pourtant quelque part ils étaient les mêmes … l'un face à l'autre ils ne pouvaient qu'être vrais, ils ne pouvaient être qu'eux … son tavernier à elle, sa pirate à lui …


Le 2 Février 1458 : plus d'armées ? Alors chevauchez !

Regard qui se tourna vers le tavernier en question et esprit qui revint au présent. L'Irlandaise respira profondément, emplissant ses poumons de l'air vivifiant de cette journée d'hiver.

A la dérobée, la rouquine observat Samuel dont le visage était fermé, il avait les traits tirés par la fatigue. Elle savait quel était, pour son ami, l'enjeu des entretiens à venir. Ils chevauchaient vers leurs destins.

Les émeraudes quittèrent le tavernier, pour se tourner vers un cheval, du cheval, il passèrent à la cavalière, Flore. La cousine de Samuel avait un sacré tempérament, une force qu'elle avait été loin de soupçonner lors de leur première rencontre, lors de leur première soirée passées ensembles dans le petit pied à terres de Vitrolles. Première soirée qui s'était terminée tard dans la nuit. Alors elles avaient parlé navires, bateaux, projets, marina, commerce.

L'Irlandaise était alors loin d'imaginer qu'une telle force habitait cette jeune femme. Léger sourire sur les lèvres de la rouquine. La marina … un des projets de longue date qu'elle avait fait avec son ami alors qu'il se nommait encore Dahut ... Rêves fous en commun détaillés dans leurs nombreux courriers échangés. Lien tissé, consolidé, renforcé par les années. Lien que rien, jamais ne pourra briser. Tiens … n'avait-elle pas juré de ne plus s'attacher ? Oui mais … car il y avait un mais ... elle le connaissait depuis avant cette promesse lyonnaise … depuis avant … depuis si longtemps … depuis combien de temps d'ailleurs ? Hum le temps … elle ne comptait plus depuis … la mort de …

Bonjour soldat !

Nous venons d’Aix pour rencontrer la Comtesse de Carpentras. La légitime. Dites-lui que les châtelains loyalistes sont là.


Retour brutal à l'instant … L'Irlandaise essaya de garder son sérieux, de ne pas éclater de rire. Elle, la mercenaire, la pirate, une châtelaine … Puis elle réalisa que, peut être, que surement même, par châtelains, son amie, celle avec qui elle était devenue complice, parlait tout simplement de ceux qui tenaient le château d'Aix. Alors, les yeux pleins de malice, la mercenaire ravala sa raillerie et répondit par un franc sourire à celui de Flore. Le regard de la rouquine se détacha du groupe pour observer les alentours. Étrangement, ce bout de campagne lui fit penser à ses landes natales …

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Carnet de Bord d'une pirate.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Carnet de Bord d'une pirate.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Carnets de Bord d'outre tombe
» Carnet de bord de hiatus
» Protège carnet de santé
» La condition de vie à bord à travers les époques
» Paul Watson pirate des mers pour combattre les bateaux tueurs de baleines...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Famille de Trévière :: Domaine Particulier de la Maison de Trévière :: Allée du chateau :: [RP- voyage] Pigeonnier-
Sauter vers: